Posted by
Actualités

Quatre photos pour un bilan. Une rétrospective parcellaire, un raccourci forcément frustrant qui égrène les souvenirs estivaux avec cette capacité à magnifier la réminiscence, à transcender le souvenir pour mieux le retenir.

21 lieux pour une trentaine de concerts, plus de 8 000 spectateurs, le résultat à de quoi surprendre tant la gageure d’une programmation exigeante, se démarquant des programmations festivalières traditionnelles pouvait prêter à interrogation. Les images du feu d’artifice du Château du Bouquet de Sorges ou du public communiant derrière la chanteuse Cara Robinson lors d’un samedi de Juillet sur la Plaine de Lamoura de Boulazac répondent avec davantage d’acuité et de précision que de longs discours. Où la volonté d’aller à la rencontre du public pour le découvrir de plus en plus mélangé, attentif et réceptif prend tout son sens. Au delà du simple bilan comptable, c’est toute cette idée de fête partagée qui continue à guider la centaine de bénévoles de MNOP ayant contribué, au fil des seize dernières années, à façonner ce concept atypique d’itinérance situationelle.



Sur le mur de la maison de l’enfance de Saint-Aignan, les ombres des musiciens néo-orléanais jouent avec les filets rasants d’un soleil de fin d’après midi soulignant, s’il en est besoin, la fausse dolence et la vrai puissance d’un blues intemporel… On se souviendra longtemps de ce trio façon Dream Team dans lequel l harmonica et l’accordéon de Johnny Sansone associé à la guitare de John Fohl soutiennent au plus près la complainte indienne de Big Chief Monk Boudreaux. Que ce soit devant les forges de Savignac-Ledrier, sous la halle de Mussidan, lors du Marché d’Atur, dans les clubs du Lembarzique et de Douchapt Blues ou encore dans le théâtre de Brive, la réussite artistique de ce groupe créé spécialement pour l’occasion fut totale. Le point d’orgue de la plaine de Lamoura avec fort soutien rythmique faisant tout autant chavirer le public que la fanfare des Coolbone, le chanteur "arraché" James Leg cher aux amis de Some Produkt ou le duo magique Hat Fitz/Cara Robinson lui aussi à même de sillonner la région.

De Razac à Duras via Périgueux, le son du duo a épousé la sinuosité de sentiers vicinaux proche de celle des chemins du Mnoppremier Tour. Thenon, Plazac, Valojoulx et Thiviers, le bal ouvert par les Three Gamberros ne détonnait pas dans un tableau d’ensemble qui renvoyait tout autant à l’introspection bluesée de Bror Gunnar Jansson, un soir d’avril 2016 au Sans Réserve périgourdin qu’à ce voyage de maturation accompli par les Roomates animant avec grâce la « Nuit des Musées  » au MAAP ou ouvrant le concert du trompettiste néo orléanais Kid Chocolate Brown en octobre à l’Agora de Boulazac.

Indéniablement la programmation de l’année 2017 sera dans la continuité de celle de 2016. Un lien serein où les thématiques de renouvellement et de transmission devraient trouver leur place dans la quarantaine d’événements projetés et la trentaine de lieux investis.

On souhaite ainsi la bienvenue à Bergerac, Excideuil, Saint Antoine de Breuilh et à Terasson qui nous rejoignent dans l’aventure.

Meilleurs voeux à notre public,
à nos partenaires publics et privésainsi qu’à tous nos bénévoles.


Crédits Photos : Jacques Servia et Anthony Lavaud