MNOP 2018 : le bilan et les prémices

Près de 14 000 spectateurs (versus 8 000 en 2016), 58 concerts en 38 lieux différents, 155 musiciens, 55 partenaires privés, 26 associations en coproduction, le soutien du Conseil Départemental, de nombreuses mairies, du Grand Périgueux, du conseil régional, les indicateurs chiffrés 2017 de bonne santé de MNOP ne seraient que chiffres sans substance s’ils ne ramenaient pas à des sensations de cœur, subjectives et fraternelles.

Un auditoire et des soutiens multiples pour une exposition multi focale, la poursuite de la mutation nomade pour approfondir la rencontre « des » publics… Un minimum vital d’empathie et de bien vivre ensemble pour un auditoire mélangé qui se retrouve autour d’une programmation coup-de-coeur riche en rencontres et en émotions.

De « l’Americana Touch » de Luke Winstlow King qui a marqué le tour 2017 au Rythm and Blues « Exotica » des Rhum Runners (disque du mois sur Fip en Juillet – ça tombait plutôt bien –) en passant par l’harmonica de Greg Izor, les résonances habitées du vibraphone de Jason Marsalis, les révélations régionales : The Possums, Big Math, Lehman Brothers), le « funkybère » de Martha Ren/Shirley Davis ou la machine à groove des Dumpstaphunk et autre Hot 8 Brass Band, l’année 2017 a été dense et charnelle.

L’idée d’un festival laboratoire servant à la fois de base et de tremplin à d’autres expériences dans d’autres lieux festivaliers paraît dès lors de plus en plus d’actualité.

On partira sur des bases similaires pour l’année 2018 : la volonté de tisser des liens originaux trouvera matière à développement dans la succession expo : jusqu’au 27 février à la Médiathèque Louis Aragon.

Le 23 mars, conférence qui aura lieu à la Médiathèque Louis Aragon de Boulazac ayant trait à la culture Cajun animée par le spécialiste/membre de MNOP Pierre Thibaud.

Le 24 février, nous continuerons notre partenariat avec l’association Some Produkt et le Sans Réserve pour le concert exceptionnel du groupe mythique des Bellrays, parfaite symbiose d’une musique Soul habitée et d’un Rock and Roll particulièrement débridé.

Un bon moyen de patienter jusqu’au MNOP Tour estival dont la programmation fera, comme de bien entendu, la part belle à la diversité musicale de la ville. Pour ce faire, afin de fêter dignement le 300e anniversaire de la naissance de la Nouvelle-Orléans, MNOP invitera un des batteurs dont la responsabilité dans le son global de la ville a souvent été soulignée. C’est ainsi le grand Wayne Maureau qui sera chargé de réveiller les tambours de Congo Square et de saluer l’esprit de la fanfare de la Cité du Croissant dans un MNOP Tour qui étalera sa programmation sur l’ensemble du mois de juillet.

So long MNOP !